Note de mise en scène

Note de mise en scène

Avec cette pièce nous avions décidé de nous engager dans un grand spectacle complètement échevelé. Macbett de Ionesco est une adaptation du Macbeth de Shakespeare. De cette adaptation nous l’avons transposée dans un Space Opéra. C’est ainsi que nous avons ajouté un scénario supplémentaire à celui du texte de Ionesco.

Ce scénario le voici: un immense vaisseau spatial transportant tout une population en vue de coloniser une lointaine planète. Or le voyage est si long, les générations succédant aux générations, que les occupants ont perdu tout idée qu’il sont logés à l’intérieur d’un vaisseau. Pour eux l’univers se limite à l’intérieur de la coque. Les notions de ciels, de terre, de nuages… ont pris des significations qui leurs sont propres.

Répétition avec sèche cheveux

Ce qui ouvrait la voie à un imaginaire où les accessoires, les décors et les costumes avaient une place prépondérante. Ainsi beaucoup d’accessoires étaient simplement des instruments du quotidien que nous détournions de leur fonction première. Un sèche cheveux devenir un pistolet laser, des entonnoirs se transformer en canon pectoraux ou le signe @ être un symbole religieux.
En ce qui concerne les décors, nous avons opté pour des panneaux mobiles qui nous permettaient de composer des lieux et des espaces différents: salle du trône, champs de batailles ou la chambre de la Reine…Mais la part qui nous a demandé le plus gros travail a été les costumes. Car avec cette pièce c’était la première fois que nous faisions une création en costumes d’époque, même si l’époque était plutôt placée dans un futur indéterminé, il nous a fallu tout de même nous documenter. La grande source d’inspiration était les feuilletons télévisés des années 70/80 tels que l’Âge de cristal (Logan Run) ou Cosmos 1999 (Space 1999). De plus, nous voulions faire en sorte que le présent des spectateurs apparaisse comme appartenant à lointain passé. C’est pourquoi nous avons utilisé des panneaux de signalisation routière, comme éléments décoratifs des costumes. Ces signaux n’ayant plus la moindre signification pour les personnages si ce n’est celle de faire joli.

Cette petite astuce narrative nous a permis de faire des cavalcades sans chevaux, des combats avec des sèches cheveux. Ce qui était beaucoup plus économique que de faire venir de vrais chevaux.

L’objectif était de montrer une humanité entièrement livrée à sa folie du pouvoir, totalement coupée du reste de la nature.

Retour vers: Macbett

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *