Tennessee Williams

Tennesse Williams

Thomas Lanier Williams dit Tennessee Williams est né à Colombus (Mississippi) en 1911 et meurt à New-York en 1983. Son enfance se passe entre sa mère Edwina et sa sœur Rose, qu’il adorait. Le père Cornelius Williams était un voyageur de commerce alcoolique et joueur de poker. Tennessee Williams le détestait. Sa vocation littéraire commence à la faveur d’une grave maladie qu’il eut à l’âge de cinq. Des poèmes et des saynètes furent ses premiers écrits, sa sœur Roses l’encouragea fortement dans cette voie.

Son grand-père l’emmène en Europe en 1928. Ce voyage sera une triple révélation, celle de son homosexualité sur le bateau qui le conduit vers le vieux continent, celle du monde intellectuel qu’il découvre à Paris et enfin une révélation mystique dans la cathédrale de Cologne. Ainsi à l’âge de dix-sept ans, Tennessee Williams rassemble tous les éléments qui irrigueront son œuvre. Toutefois un autre événement sera primordial, c’est la lobotomie que subira sa sœur pour « soigner » sa schizophrénie, en 1943. Dès-lors il refusera de voir sa famille. Puis lorsque ses moyens financiers le lui permettront il la prendra en charge.

Il part à Hollywood pour tenter sa chance en tant que scénariste. Il propose à la MGM un scénario inspiré par les relations entre sa mère et sa sœur. Celui-ci est refusé; alors il le retravaille pour l’adapter au théâtre il s’agit de la Ménagerie de verre (the glass menagerie). Montée à New-York la pièce connaîtra un succès retentissant. Deux plus tard avec Un tramway nommé désir (a streetcar named desire) il prend une place importante dans le paysage littéraire des États-Unis. Succès qui atteindra la gloire grâce l’adaptation cinématographique qu’en fera Elia Kazan (1951). Film qui révélera un jeune acteur qui sort de l’actor’s studio : Marlon Brando.

La plupart de ses pièces se situent dans l’atmosphère suffocante de la Louisiane, du Mississippi et de la Floride. Dans la chaleur et la sueur ses personnages sont aux prises avec des pulsions (la plupart sexuelles) plus ou moins conscientes. La violence de leur animalité est à peine dissimulée par les conventions sociales. Ses pièces aboutissent presque toutes à la mort ou à l’enferment psychiatrique, ou les deux.

Retour vers: Un tramway nommé désir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *