Note de mise en scène

Note de mise en scène

L’action de la pièce se situe principalement dans un appartement et dans la rue. L’ambiance générale de la pièce est méridionale ; il fait chaud les portes et les fenêtres sont ouvertes, la communication entre l’extérieur est fluide il n’y a pas de barrière matérielle très stricte. La scénographie se devait donc d’être suffisamment ouverte pour que les différents espaces s’offrent à l’action simultanément, ceci par un décor unique et par une manière d’intégrer les spectateurs au coeur de l’action. Par exemple un certain nombre de personnages font leur entrée sur scène en venant de la salle. L’éclairage seul soulignait la focalisation de l’action.

Avec un Tramway nommé désir les personnages en action ont un passé et une épaisseur psychologique. Pour chacun d’entre eux on peut écrire une sorte de biographie. Ainsi Stanley est un jeune américain d’origine polonaise, plein d’une énergie toute animale. Blanche est issue d’une grande famille patricienne du sud, elle est délicate et raffinée. Ce qui est vrai pour les deux personnages principaux l’est aussi pour les rôles secondaires. Derrière les actions qui se déroulent il y a un arrière plan d’inconscient, qui pousse les personnages malgré eux. En quelque sorte ils n’agissent pas, mais sont agis par une force qu’ils n’ont pas le temps d’observer. Seuls les spectateurs ont le recul suffisant pour percevoir la confrontation entre ces énergies invisibles.

Retour vers: Un tramway nommé désir

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *