L’Exclu et l’Idiot

L’Exclu et l’Idiot

deux pièces de Mouza Pavlova

Dans une mise en scène de Vincent Huchet

Tonalité: Absurde et situations soviétiques.

L’exclu

Comment faire lorsque l’on est seul dans la ville et que l’on s’ennuie. Personne dans les rues, dans les restaurants ou dans les salles de cinéma, où sont donc partis tous les habitants? Ils vivent tous en communauté dans la prison. Et là, il y a une ambiance du tonnerre. L’on y fait de la cuisine, on joue aux cartes ou l’on monte des pièces de théâtre. Alors pourquoi le dernier habitant libre devrait-il supporter cette solitude. Il faut qu’il rejoigne la chaleur de l’incarcération. Seulement les autorités du pays s’y opposent pour la raison que la prison n’aurait plus de signification si tout le monde était prisonnier. Alors rien n’y fera, il restera… « LIBRE »

L’idiot

Se marier est un désir tout ce qu’il y a de plus légitime. Bien sûr il y a quelques formalités à satisfaire. Il convient que le prétendant soit dans une excellente forme physique et surtout mentale. En fait, pour dire la vérité toute la vérité, personne à ce jour n’est parvenu à sortir vainqueur de ces tests.

L’exclu

Visiteur: J’ai écrit au colonel, mais je n’ai pas reçu de réponse. J’écrirai encore . Je suis sûr que, finalement, on vous obligera à satisfaire ma demande.
Directrice: N’allons pas faire de pronostics. Pour l’instant, je ne vois aucune possibilité. Je le répète, je n’ai pas le droit de vous arrêter sans motif.

Directrice: Vous vous êtes un peu emporté. ça arrive à tout le monde. ça n’a rien de terrible. Je vais vous dire une bonne chose : rentrez chez vous, prenez des gouttes de valériane, reposez-vous.

Directrice: Il faut penser les choses à l’échelle de l’état! Si on laisse un homme en liberté, c’est qu’il y a une raison. Alors pourquoi l’a-t-on laissé en liberté? S’il y a prison , il faut qu’il y ait liberté . Sans liberté c’est l’idée même d’incarcération qui ne tient plus debout.

L’idiot

L’employée: A présent, tout en continuant à faire ces mouvements, dites-moi de qui le comte Tolstoï s’est inspiré pour le personnage d’Anna Karénine.
Le visiteur: D’une de ces parentes… j’ai oublié son nom…
l’employée: Le nom n’a pas d’importance. Indiquez la position sociale.

L’employée: Non vous ne m’avez pas convaincue.
Le visiteur: Ah, c’est comme-ça!


L’employée: Un idiot. Je le savais bien. Au suivant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *