Dario Fo

Dario Fo

Dario Fo est né à Sangiano (Italie) en 1926. Ses parents sont tous deux des antifascistes. Il sort diplômé de l’école des beaux-arts de Milan dans la section architecture en 1950. C’est dès cette période que lui vient son goût pour le théâtre, notamment par le biais de la machinerie. De plus durant ses années d’étude il y a développé un goût et une connaissance de la peinture. Mais il n’a guère travaillé en tant qu’architecte, car peu de temps après avoir fini ses études il fait ses débuts de conteur à la radio. C’est durant ces émissions qu’il cultive son talent de satiriste. Parallèlement à ses activités radiophoniques il commence une carrière au théâtre. C’est au cours d’une répétition qu’il fait la rencontre de la femme qui partagea sa vie jusqu’au 29 mai 2013 : Franca Rame.

Franca Rame et lui vers 1955 fondent une troupe de théâtre à Rome. Pour la troupe il écrit des pièces comiques inspirées de G. Feydeau, E. Labiche mais aussi de Chaplin et de Tati.

C’est en 1959 qu’il connaît un succès de dramaturge avec : Les archanges ne jouent pas au flipper (Gli arcangeli non giocano al flipper). Au début des années 1960 Franca Rame et Dario Fo orientent les activités théâtrales de la troupe dans un sens nettement plus politique. Dans un premier temps il ne s’agissait que de promouvoir l’accès au plus grand nombre à la culture, un peu à la manière de Jean Vilar en France avec le TNP. Puis petit à petit la troupe est devenue beaucoup plus activiste. Jouant pour les ouvriers en grèves ou les squatters. La troupe décide de s’organiser en coopérative en 1968, dans le souci de supprimer toute relation hiérarchique entre les individus qui font vivre la troupe.

En même temps qu’il rencontre un très grand succès il est attaqué en justice. Ainsi fait-il l’objet de presque trois cents plaintes et demandes de censure. Mais le couple Fo-Rame avec la troupe passent outre les interdictions et sèment la polémique et la contestation à travers toute l’Italie. Or, comme c’est souvent le cas, les poursuites judiciaires ne font que renforcer la notoriété et durant les années soixante-dix il devient une figure importante du paysage dramaturgique européen.

Des pièces comme Mort accidentelle d’un anarchiste (Morte accidentale di un anarchico) et Faut pas payer (Non si paga, non si paga!) sont devenues des classiques. Le prix Nobel de littérature qu’il recevra en 1997 sera une consécration. Consécration à laquelle il associera Franca Rame.

Mais Dario Fo loin d’avoir été assagit par les honneurs continue sa carrière de satiriste théâtrale à la virtuose verve fantaisiste.

Dario vous dit: "Arivederci!"

Retour vers: Mort accidentelle d’un anarchiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *